[Test] Mr. Shifty, un bon jeu qui ne vaut pas son prix ?

Titre : Mr. Shifty

Développeur : Team Shifty

Date de sortie : 13/04/2017

Plateformes : PC / Switch

S’il y a bien une scène à sauver du film X-Men 2, c’est sans hésiter celle qui introduit le film, avec le Nightcrawler qui attaque la Maison Blanche. Cette scène culte a inspiré les petits gars de la Team Shifty (le nom aussi xD) et si l’idée a été admirablement bien retranscrite durant les 2/3 du jeu, il a bien fallu à un moment finir le jeu et coller une histoire. Et autant être clair, si ça n’avait pas été autant bâclé, on tiendrait là un jeu d’enfer…

N’est pas Hotline Miami qui veut

Le jeu est clairement inspiré de Hotline Miami en plus de la scène décrite en introduction. Vue du dessus, des hordes d’ennemis, des « compos » de plus en plus hard et une musique entêt… ah non en fait. Sur ce dernier point la musique de Mr. Shifty est au mieux supportable, au pire répétitive et chiante. Forcément sans les ténors aux commandes comme dans le jeu du dessus, ça le fait carrément moins. Mais passons, on incarne donc un gars à casquette nommé Shifty, qui a la capacité comme le Nightcrawler de X-Men de se téléporter à courte distance. On joue du coup à « un coup tu me vois, un coup tu ne me vois plus » avec les ennemis, en leur collant au passage une bonne grosse patate des familles, ou un coup des diverses armes qui pullulent dans les niveaux. Premier constat, quand Shifty distribue des patates, il ne fait pas semblant lol. Le feeling des poings est admirablement bien retranscrit, et si jamais le poing touche une caisse ou un bureau, le bois et les papiers volent, ce qui contribue grandement au kiffe. Sur les armes je serai en revanche plus réservé, les ¾ font le job (planches de bois, battes, épée et bouclier) mais certaines font juste un bruit tout pourri (les têtes de statues, les tasses et autres oreillers) ce qui ruine complètement le trip. On se consolera en disant qu’il y a plus souvent des armes réussies que des pourries, mais ça fait carrément chier lorsqu’on enchaîne plusieurs salles avec que des tasses ou des statues… Il y en 2 qui tirent en revanche leur épingles du jeu, le trident et l’éclair de Zeus. Déjà elles ne se cassent jamais (contrairement au autres ou après 2-3 coups c’est fini), mais en plus une fois lancées, elles traversent toute la pièce, embrochant tout ce qui se trouve sur son passage xD. Sinon durant les 2 premières heures, on découvre peu à peu les mécaniques et les armes, qui ne seront pas de trop pour venir à bout des ennemis de plus en plus dangereux, mais après, on a l’impression que les développeurs sont arrivés à la Croisée des Chemins, en multipliant les ennemis et les passages chauds patate. Comme ce niveau où dès le titre on sait qu’on va en chier, « Survivre à la Comptabilité », avec des ennemis relou et en nombre. On finit donc sur une note assez étrange, mélange de frustration et de soulagement, frustration car les deux premières heures frôlent le génie et soulagement car on est content de finir ces 5-6 niveaux peu inspirés et éprouvants. Idem côté histoire et background, avec ce héros qui ne décroche pas un mot de toute l’aventure et dont on ne sait rien. Comment a-t-il eu ses pouvoirs ? Bah le mystère restera entier, tout comme l’histoire qui consiste à récupérer le méga plutonium d’un riche aristocrate. Le boss final vaincu on aura les crédits et hop fin, pas de scène cinématique, rideau ! Le jeu se termine en 3 heures, 4 grand maximum si on n’est pas trop à l’aise avec le genre. Et il vous en coûtera 15 €, si bien que malgré les 2 premières heures franchement épiques et le gameplay kiffant, je ne peux décemment pas le conseiller à plein tarif…

Partant sur une idée tout en reprenant les bases d’Hotline Miami, les petits gars de la Team Shifty accouchent d’un Mr. Shifty problématique. Compliqué à conseiller à plein tarif car le dernier tiers du jeu n’est que difficulté et frustration à coups de groupes d’ennemis à n’en plus finir, que son scénario prétexte n’a pas le cran de proposer une vraie fin et que son héros sans la moindre ligne de texte restera une énigme une fois le jeu fini. Reste pourtant 2 heures franchement géniales, un gameplay qui monte en puissance et un feeling ultra kiffant. A vous de voir ce que ça vaut, mais pour moi pas plus de 10 €…

J’ai aimé

+ Le pouvoir du héros, ultra fun

+ Que des poings, mais des patates de forain !

+ Le trident et l’éclair de Zeus, pour des brochettes réussies !

+ Level design impeccable

+ Des situations qui incitent à la créativité…

+ … et des escouades d’ennemis variées et sans pitié !

+ Les 2 premières heures qui frisent le génie

J’ai pas aimé

– Très court

– Très cher

– Le dernier tiers en mode « il fallait bien le jeu donc bon… »

– Le feeling de certaines armes, complètement raté

– Le personnage inexpressif et sans background, parce qu’il fallait un héros

– L’histoire, parce qu’il en fallait une

– B.O sans inspiration

 

Ma Note : 6/10

Publicités

Publié le 4 mai 2017, dans Tests, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :