[Test] Dishonored 2, un déshonneur pour la série ?

dishonored2Titre : Dishonored 2

Développeur : Arkane Studios

Date de sortie : 11/11/2016

Plateformes : PC / PS4 / Xbox One

Dernier gros titre que j’attendais en 2016, la suite du grand Dishonored, qui en 2012 avait fait son petit effet. Forcément la suite était attendue, d’autant que les petits gars d’Arkane ont pris leur temps. 4 ans plus tard, voici donc Dishonored 2. J’en attendais beaucoup, peut-être trop…

Se faire renverser, c’est un métier

dishonored2-0115 années se sont écoulées depuis la fin de Dishonored. Peu importe vos actions, Emily est sacrée Impératrice et la ville de Dunwall est sauvée de la peste. Pendant ces 15 années de règne, Emily est formée par son père Corvo au combat pour éviter de subir le même sort que sa funeste mère. Première nouvelle, Corvo est le père d’Emily. Ce qui a toujours été soupçonné par les joueurs et toujours démenti par les développeurs est balancé dès l’introduction comme si c’était acquis. Soit. Ensuite dès l’introduction toujours, on choisit son personnage, Corvo le héros du premier Dishonored ou Emily la jeune impératrice devenue Assassine. Que l’on choisisse l’un ou l’autre, la méchante tante Delilah prend le pouvoir avec l’aide d’une armée mécanique et l’autre personnage finit, disons, neutralisé pour ne pas spoiler. dishonored2-02Première déconvenue, l’incohérence du truc. Que ça soit Corvo le maître Assassin, qui a quand même dessoudé toute la racaille de Dunwall dans le premier Dishonored, ou la jeune Emily, qui s’est entraînée 15 ans pour justement ne pas  subir un sort pareil, ça n’est juste pas possible quoi. Ensuite, il s’agira de prendre la fuite pour arriver à Karnaca, la nouvelle ville où se déroule cette suite, pour affaiblir Delilah en mettant hors d’état de nuire ses lieutenants. Pour le joueur ayant retourné Dishonored, et encore plus si ce dernier a fait les DLC (Lame de Dunwall et les Sorcières de Brightmore), l’histoire de ce Dishonored 2 paraître comme du déjà-vu. dishonored2-03La construction narrative est assez similaire au dernier DLC et je conseille en fait d’avoir au moins fait les Sorcières de Brightmore pour réellement profiter de Dishonored 2. La grande méchante sera en effet une inconnue pour le joueur lambda alors que celui qui a fait ce DLC saura direct qui c’est et ce qu’elle représente, sans oublier quelques petites surprises. Pour terminer sur l’aspect narratif, il y a beau avoir 2 personnages, n’imaginez pas qu’il y a 2 scénarios : ils sont pour ainsi dire très similaires à 2-3 détails près, et c’est dommage. Là où ça change réellement, c’est du côté du gameplay…

La suite en moins bien

dishonored2-04Côté gameplay, on retrouve nos marques très vite, surtout si on prend Corvo. Ce dernier n’a d’ailleurs presque pas changé et à part quelques modifications côté pouvoirs et 2-3 nouveaux gadgets, c’est pour ainsi dire la même chose qu’en 2012. Il s’agira toujours d’évoluer dans un niveau gigantesque et super bien conçu niveau level-design, pour enfin neutraliser la cible. Pour vous mettre des bâtons dans les roues, il y a des gardes bien sûr mais aussi parfois des civils qui n’ont certes pas d’agressivité envers vous mais qui voient d’un mauvais œil le fait de trouver un assassin se trimballer dans la cuisine, et qui le crieront rapidement sur tous les toits en fuyant. dishonored2-05Si le jeu est vraiment plaisant, avec le recul on réalise que beaucoup de choses ont été supprimées, et que ça rend l’expérience moins plaisante et moins marquante, surtout pour une suite. Où sont donc passés les superviseurs qui bloquaient les pouvoirs du héros, les quêtes annexes qui permettaient d’enrichir le jeu et son univers ou tout simplement le Hub ou la base de Dishonored, remplacé dans le 2 d’un pauvre bateau où il n’y a pas grand-chose à faire. De même on notera qu’on aura beau trucider tous les gardes et les civils, le monde se deviendra pas beaucoup plus sombre que ça, contrairement à Dishonored où faire cela accélérait l’épidémie de peste et augmentait sensiblement le nombre de rats en ville. dishonored2-06Enfin, ceux qui comme moi s’était amusé à découvrir toutes les façons de neutraliser les cibles, de façon létale ou non, dans les différents niveaux de Dishonored vont vite se retrouver frustrer : dans cette suite, il y a une façon non létale à découvrir et pas vraiment de façon originale de tuer la cible autre qu’un égorgement en règle ou qu’une balle / flèche / grenade / mine. Encore une fois, tout ceci n’empêche en rien d’aimer le jeu et de s’éclater avec, c’est juste que pour une suite, censée en principe aller plus loin que son prédécesseur, bah c’est juste très décevant…

Vivre dans la lumière, tuer dans l’ombre

dishonored2-07Alors certes je suis déçu que le jeu n’évolue que si peu et régresse même sur certains points, mais ça reste tout de même un super jeu sur lequel j’ai passé 30 magnifiques heures. Si l’histoire des 2 personnages est quasi la même, côté gameplay en revanche c’est très différent. Du côté de Corvo, les choses ne changent presque pas. Les mêmes pouvoirs avec quelques ajustements mineurs, les mêmes armes ou presque : on est en terrain connu pour celui qui a retourné Dishonored. La grosse nouveauté viendra d’Emily, la petite nouvelle formée par son père. Si au niveau des armes c’est strictement identique du côté de Corvo ou d’Emily, les pouvoirs en revanche diffèrent énormément. Le pouvoir de téléportation est par exemple plus capricieux du côté féminin, avec pour compenser un certain élan, qui pourra être décisif pour foncer sur un ennemi plus loin. dishonored2-08Le pouvoir de Domino, largement mis en avant lors des présentations et trailers, permettra de liquider une zone assez facilement en « liant » les gardes entre eux. Le pouvoir de l’ombre permet tout simplement de passer inaperçu pendant quelques secondes, sous la forme d’une ombre rampante, terrible et diablement efficace. Avec tout ça, la partie avec la jeune Emily Kaldwin est une vraie promenade de santé, du moins si on joue furtif. Car même avec tous les pouvoirs à fond, il est quasi impensable de foncer dans le tas, ce qui fait de Dishonored 2 avant tout un jeu d’infiltration, même si quelques cartons isolés sont tout à fait possible ^^ Rendons aussi hommage à 2 missions tout simplement culte par leur level design et leur conception : la 5 et la 7. dishonored2-09Si une des 2 a été mise en avant lors des présentations et donc spoilée un poil, la deuxième en revanche n’a jamais été montrée et je me garderai bien de vous en dire davantage… Un mot sur la localisation, avc la présence de la VOSTFR de base, appréciable. Si la VF est globalement assez bonne, les quelques voix pas en phase avec le personnage ou la situation me font préférer la VO, qui elle est impeccable. Techniquement enfin, la nouvelle politique de Bethesda qui consiste à ne pas envoyer de version aux journalistes fait ici mouche, puisque les nombreux problèmes techniques, surtout sur PC il faut l’avouer, ont pu être glissés sous le tapis jusqu’à la sortie du jeu. dishonored2-10Ce n’est pas Batman Arkham Knight non plus, mais les chutes de frame rate sur une machine 4 à 5 fois plus puissante qu’une PS4 étaient injustifiables. Le jeu est certes assez joli, mais ce n’est pas la grosse baffe non plus, et il a fallu attendre une bonne semaine pour voir débarquer un patch qui a résolu en partie les problèmes. Sur consoles, un aliasing assez prononcé et surtout le champ de vision assez limité et non réglable est venu troubler un peu la fête, mais rien qui n’empêche de savourer ce jeu d’exception…

yesQue dire de ce Dishonored 2 qui en dépit d’une certaine régression sur des mécaniques de gameplay et d’une construction narrative très similaire au premier Dishonored reste un jeu d’exception. Avec son level design exceptionnel, sa D.A incroyable et son gameplay pur infiltration, il donnera satisfaction aux fans du genre sans nul doute, malgré un cafouillage technique au lancement. Mais personnellement je trouve que c’est une petite déception tout de même, car pour moi une suite doit aller plus loin et ce Dishonored 2 va au contraire en arrière sur pas mal de points…

J’ai aimé

+ 2 personnages avec des pouvoirs différents

+ Une leçon de level design

+ Artistiquement magnifique

+ Un jeu à la carte, avec moult façons d’aborder les missions

+ 2 missions qui sortent vraiment du lot : la 5 et surtout la 7

+ VOSTFR dispo de base et vraiment cool

+ Pas de Season Pass, pour le moment…

J’ai pas aimé

– On a vraiment l’impression de jouer à un DLC de Dishonored

– Très similaire au 1 en terme d’histoire et de mécaniques de gameplay

– 2 personnages mais pas vraiment 2 histoires

– Jouer en chaos ne change rien dans l’univers du jeu, contrairement à Dishonored

– Où sont passé les superviseurs qui bloquaient les pouvoirs…

– … Et les quêtes annexes ?

–  Un hub central qui a moins de gueule que celui de Dishonored…

– … et où il n’y a quasiment rien à faire

– Beaucoup moins de façons de neutraliser les cibles que dans Dishonored

– Des soucis de finition au lancement, notamment sur PC…

– Des versions consoles avec un FOV réduit et non réglable

– VF globalement en retrait

Ma Note : 7/10

Publicités

Publié le 9 décembre 2016, dans Tests, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :