[Test] Beyond : Two Souls !

beyondtsTitre : Beyond : Two Souls

Développeur : Quantic Dream

Date de sortie : 09/10/2013

C’était peu être le jeu que j’attendais le plus parmi les titres de 2013. Développé par Quantic Dream, pour lequel j’ai une grande admiration, ce jeu fait suite à Heavy Rain sorti en 2010 même si on ne peut pas vraiment parler de suite vu que le studio n’en fait jamais. Alors pari à nouveau réussi pour le studio français, avis tout de suite et maintenant !

Le joyau de la couronne

beyondts-01Techniquement déjà, même pour un joueur Pc comme moi, il faut reconnaître que la claque visuelle est au rendez-vous. Les visages sont tout simplement incroyables de réalisme et soyons clairs, même sur Pc on a pas l’équivalent. Les décors sont en revanche un gros cran en dessous, même si le tout reste incroyablement joli pour de la Ps3. Vous allez me dire, mais quel est le secret, car à côté des autres jeux qui sont bien moins réussis Beyond fait presque office de jeu Next Gen, la réponse est simple, Quantic Dream s’est concentré sur la Ps3, et pas sur une version multi plate forme ce qui change tout. beyondts-02Le tout tourne donc plutôt bien, à tel point que je n’ai presque pas pesté contre la console, presque, car il y a quand même 2 passages où le studio a vu trop grand pour la console de Sony, un passage assez avancé dans un désert en monde ouvert où l’aliasing a élu sont domicile pour se venger du reste du jeu où il est très discret, et un autre passage proche de la fin dans une base sous marine, où les chutes de frame rate sont très fréquentes et longues à tel point qu’on croirait à des plantages. Dans ces moments là, on est donc à 10 FPS, ce qui est vraiment très désagréable. On notera aussi une grande variété dans les décors, de quoi être franchement dépaysé, ce qui tranche radicalement avec Heavy Rain.

Narration un jour, narration toujours

beyondts-03Les ambitions du studio parisien n’étaient pas que techniques, et c’est avant tout pour faire passer des émotions que Quantic Dream fait des jeux. Et c’est précisément sur ce point là que je les attendais, car Heavy Rain est un jeu qui m’a beaucoup ému. C’est donc l’histoire de Jodie Holmes, une petite fille pas comme les autres qui est constamment en présence d’une sorte d’esprit, Aiden. On suivra donc ses aventures tout au long de sa vie, dans le désordre. On peut jouer une séquence lorsqu’elle est enfant pour enchaîner sur une séquence où elle est ado, avec une frise chronologique pour ne pas perdre le fil. beyondts-04Malheureusement, c’est sur ce point là que ça va pas, car , et j’y reviendrai plus bas, l’importance des choix est quasi anéantie. L’histoire est cependant très mature et réussie, avec une mention spéciale pour le casting, qui permet aux acteurs de tout donner comme dans un film grâce au talent du studio français. Et pour le coup ça fait un vrai plus, Ellen Page est ainsi impériale, comme le reste du casting d’ailleurs, ce qui donne aux séquences bien plus d’impact, surtout celles où il y a de l’émotion. Et il y a le final, qui s’il n’égale pas celui de Bioshock Infinite, restera longtemps dans mon esprit, ne serais ce que parce qu’il donne tout son sens au jeu…

C’est mon choix

beyondts-05L’autre spécialité du studio parisien, c’est les choix qui influent sur l’histoire. Et là j’ai trouvé qu’ils ont fait un gros pas en arrière par rapport à Heavy Rain, même si le fait d’avoir 4 personnages jouables aidait bien leur précédente production. Là mis à part à la fin, les choix n’ont presque pas d’incidence, pire la narration décousue empêche le studio de faire répercussion sur les choix vu qu’on joue les séquence dans le désordre. Comment faire agir un choix sur l’histoire lorsqu’on le fait quand on est gamine et que la séquence d’après on joue Jodie ado ? beyondts-06Du coup, si l’histoire tient à elle seule le premier run, la rejouabilité est pour ainsi dire quasi nulle, en tout cas c’est mon avis, et pour preuve je n’ai pas refait le jeu depuis octobre 2013. Le gameplay est par contre plus marrant que sur Heavy Rain, notamment grâce à Aiden et les quelques fois où on peut se lâcher avec l’esprit ne déçoivent pas, bien au contraire c’est le carnage absolu ! Pour les autres on reste assez proche d’Heavy Rain, même si c’est bien plus varié. Un mot enfin sur la bande son, excellente comme d’habitude avec des thèmes mélodiques d’une grande qualité.

yesDifficile de ne pas conseiller Beyond Two Souls, même si je le confesse, je m’attendais à un poil mieux. Si techniquement le jeu tient la barre haute aux grosses productions actuelles (sauf lors des deux séquences citées lors du test), si l’histoire mature est solide et si le casting permet au jeu d’aller très loin dans l’émotion, la narration décousue m’a quelque fois sorti du trip, sans parler qu’une fois le jeu bouclé je n’ai pas eu envie de le refaire, contrairement à Heavy Rain que j’ai essoré à fond. Un grand jeu, mais une petite déception aussi…

J’ai aimé

+ Techniquement (presque) irréprochable

+ La technique qui sert pour une fois la narration

+ Grande variété des décors

+ Le scénario mature

+ Le twist final qui donne tout son sens au jeu

+ Le casting de qualité

+ Gameplay varié

+ Les phases où on peut se lâcher avec Aiden

+ Bande son magistrale

J’ai pas aimé

– La narration décousue

– Des choix peu impactant au final

– Les passages du désert et dans la base sous marine, qui aliasent à mort et passent à 10fps !

– Une fois le jeu fini, on peine à y rejouer

Ma Note : 8/10

Publicités

Publié le 6 janvier 2014, dans Tests, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :