[Test] Ghost Recon Future Soldier !

grfsTitre : Ghost Recon Future Soldier

Développeur : Ubisoft

Date de sortie : 16/10/2012

Sortit en 2012 après un développement chaotique, Ghost Recon Future Soldier est un Tps guerrier comme il en sort plusieurs fois par an. Ce qui a attiré mon regard, c’est d’une part le prix de 15€ (non soldé) et surtout les bons conseils de mon ami Nym33p, qui m’a certifié que le jeu en valait la chandelle. Car oui, c’est certes un jeu de guerre, mais orienté infiltration…

C’est pas moi, ce sont les russes !

grfs-01Tom Clancy, le célèbre romancier, étant aux commandes côté scénario, on ne s’étonnera pas de retrouver les habituelles ficelles du bonhomme, avec tous les bons classiques / clichés (rayez la mention inutile). Ainsi on retrouve comme souvent les russes dans le rôle des méchants, et comme par hasard ce sont les personnes haut placées qui sont responsable de cette crise. Tiens donc, c’est vraiment… Surprenant. Le pitch n’est guère plus varié, puisque suite à une explosion nucléaire qui décime une escouade de soldats d’élite, le gouvernement américain (les gentils) envoie l’unité Ghost (vous) sur la trace des responsables, les bons russes (les méchants). Cette crise mondiale passionnante et originale (sic) nous emmènera aux 4 coins du globe, avec la mère Russie bien sûr, mais aussi l’Afrique, La Bolivie et bien d’autres destinations. grfs-02Chaque cinématique, en plus d’être d’un classicisme déconcertant, est une calamité visuelle avec une compression façon divx des années 2000 et surtout des visages assez immondes, comme on en voyait au début de la génération Ps3 / Xbox 360, c’est dire. Difficile dans ces conditions d’accrocher à l’histoire ou aux personnages, qui sont aussi creux que l’intrigue, avec en plus une fin qui arrive d’un coup, et alors qu’on attend la cute scene finale, les crédits débarquent pour achever le jeu. Mais heureusement pour le titre d’Ubisfot, les qualités sont ailleurs…

Ghostbuster

grfs-03Côté gameplay on est donc en face d’un Tps par équipe, jouable jusqu’à 4 en coop, et ce durant toute la campagne. Un mode histoire qui comporte 12 missions, d’une heure – une heure et demi chacune, de quoi vous occuper plus d’une dizaine d’heures, ce qui est plutôt pas mal pour ce style de jeu. Durant ces missions, il s’agira bien souvent de progresser le plus discrètement possible pour remplir des objectifs variés, même s’il est tout à fait possible de foncer dans le tas en tirant sur tout ce qui se présente. Cette dernière méthode vous ferait néanmoins passer à côté du jeu, tant l’infiltration est ici poussée et gratifiante. Il y a même des portions de missions où la moindre alarme déclenchée est synonyme de game over, ce qui obligera les action man à contenir leurs pulsions meurtrières. Pour aider le joueur à progresser, on aura donc 3 coéquipiers, des joueurs ou des IA, qui sur ce coup s’en sortent plutôt bien. grfs-04Pas de soucis de repérage à cause d’elles, des IA qui tuent des soldats en cas de conflits et qui vous soignent en cas de blessure, sans oublier vos ordres qui sont exécutés rapidement et efficacement : et y’a pas à dire ça change tout. Reprenant le système Mark & Execute de Splinter Cell Conviction, vous pourrez marquer jusqu’à 3 cibles pour que vos coéquipiers se positionnent, avant d’ordonner la mise à mort pour un effet synchro des plus classe. Dans la mesure où il ne faut pas que des cadavres soient découvert, il faudra procéder prudemment et exécuter ceux qui pourraient découvrir votre massacre. En cas de repérage, il vous suffit soit de foncer dans le tas soit de relancer le dernier checkpoint pour continuer de progresser ni vu ni connu.

Le visage de la guerre

grfs-05En tant que soldat d’élite, vous aurez pour mener à bien vos objectifs tout un tas de choses sympathiques, comme des grenades iem ou flash, des armes entièrement personnalisables (silencieux, lunette, visée tactique, lance grenade et j’en passe) et bien sûr un camouflage optique, qui s’active automatiquement lorsqu’on se met accroupi ou couché. L’occasion pour moi d’aborder la partie technique du jeu, car les divers effets (camouflage optique, chaleur, lumière) sont forts convaincants, et les zones sont grandes et assez ouvertes, contrairement à la majorité des Tps qui enchaînent les couloirs ou les pseudos zones ouvertes. Ici on pourra contourner nos cibles ou carrément aller au contact, on a toujours plusieurs chemins ce qui est fort appréciable. grfs-06Les décors sont par ailleurs assez jolis, avec des bonnes animations et une caméra assez classe lors des phases de courses. Et parfois, il faudra courir puisqu’on évitera pas les habituelles séquences où on est obligé de tuer pour passer une zone, à découvert qui plus est, ce qui est assez dommage pour un jeu qui joue tant la carte de l’infiltration, et qui le fait aussi bien. Car faire une mission et neutraliser les cibles unes à une avec les bons commentaires des camarades est quelque chose de grisant (et finalement assez rare), alors que foncer dans le tas en tuant 50 soldats en 5 minutes l’est beaucoup moins (et malheureusement trop fréquent dans les productions d’aujourd’hui).

yesCe Ghost Recon Future Soldier est donc une bonne surprise, qui en plus de proposer un gameplay immersif et jouissif (enfin si on aime l’infiltration) se joue intégralement à plusieurs. Pour ceux qui n’ont pas d’ami, ils trouveront une IA efficace qui remplace aisément un joueur humain, même si côté intéraction ça vaudra jamais les railleries entre potes. Néanmoins, il faudra faire avec un scénario prévisible et ultra classique à la Tom Clancy, avec des scènes cinématiques immondes et quelques séquences bourrines dont je me serai bien passé. Mais bon, pour les 15€ qu’il vaut aujourd’hui, ça reste un bon jeu et je le conseille à tous les fans d’infiltration !

J’ai aimé

+ C’est plutôt joli…

+ Campagne longue et variée

+ Jouable jusqu’à 4 en coop

+ IA alliée efficace

+ Des zones de jeux vastes

+ Le plaisir de l’infiltration

+ Arsenal personnalisable et gadgets en pagaille

+ Le prix de 15€

J’ai pas aimé

– … sauf les visages des personnages !

– Tom Clancy et ses habituels clichés (complots / russes)

– Certaines séquences où on est obligé de bourriner

– La fin abrupte

Ma Note : 7/10

Publicités

Publié le 11 juillet 2013, dans Tests, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :