[Test] Metro 2033 !

metro2033Titre : Metro 2033

Développeur : 4A Games

Date de sortie : 19/03/2010

Sortit en 2010, il faut avouer que j’étais passé un peu à côte de ce Metro 2033, qui avait reçu de bonnes critiques, autant de la presse que des joueurs. Acheté pour une poignée d’euros fin 2012, l’heure est donc venu de rendre mon verdict sur ce Fps qui mise tout sur son ambiance. Pari réussi ? La réponse tout de suite…

Atch… Artyom !

Metro2033-01Un cataclysme nucléaire planétaire a ravagé le monde, et notre périple commence 20 ans après ce drame, sous la ville de Moscou. Inspiré du roman de Dmitry Glukhovsky, l’aventure de Metro 2033 est donc assez originale puisqu’hormis Stalker, on a rarement ce type d’ambiance dans les jeux. On incarne donc Artyom, qui en plus d’avoir un nom à coucher dehors est totalement inexpressif, ce qui est juste pathétique aux vues des répliques du type « Artyom tu ne réponds pas, comme les vrais rangers », ben voyons. On vit donc comme quasiment tous les rescapé au cataclysme, à savoir reclu dans les stations de métro,  qui sont les nouvelles « villes » de l’humanité. Metro2033-02De plus en plus attaqués par des bestioles difformes et sauvages, notre héros part à travers les tunnels pour trouver de l’aide. Le pitch est convenu, mais on est immédiatement happé par l’ambiance du jeu, pesante, glauque, sombre, qui est vraiment bien retranscrite. Il faut dire que les développeurs s’en sont donné les moyens avec un moteur graphique efficace même en 2013, avec de jolis effets de lumière et un rendu plutôt correct, même si on remarque assez souvent quelques textures aux murs et aux sols un peu baveuses. Si on rencontre beaucoup de « civils » dès le début du jeu, dans notre station, c’est nettement moins le cas par la suite, et on sera souvent seul, dans le noir, avec des bruits disons, étranges…

Zazie dans le métro

Metro2033-03Le métro, on en a un à Paris. De grandes galeries éclairées, des clodos, une puanteur si caractéristique… Celui de Metro 2033 est encore moins accueillant, avec une absence totale de lumière, des créatures hideuses et avec de la radioactivité. Là où les développeurs ont bien joué leur coup, c’est qu’il y a tout un tas de trouvaille de gameplay pour booster le côté pesant de l’ambiance, avec par exemple une lampe torche dont l’éclat s’amenuise avec le temps, et qu’on peut recharger avec une dynamo. Idem avec le masque à gaz qui s’abîme (et peut se briser) lors des dégâts reçus, et avec une gestion limitée de l’air qu’il faut renouveler avec des filtres. Des choses parmi tant d’autres, qu’on a finalement assez peu et qui collent parfaitement à l’univers du jeu. Metro2033-04Il y a aussi la gestion de la « monnaie », à savoir des cartouches de fusils militaires, et servent de monnaie d’échange et qui peuvent aussi être utilisées en combat, pour des dégâts 2 voir 3 fois plus importants que les cartouches artisanales, munitions officielles du jeu. Il faudra donc savoir gérer son stocks de cartouches militaires, se payer un pompe avec baïonnette ou garder les cartouches pour une grosse bestiole plus tard, sachant qu’en cas de manque de munitions, les cartouches militaires peuvent aussi être converties en munitions de tout type. Autant d’idées qui essayent tant bien que mal de changer la routine du jeu, qui comme 3/4 des FPS, se résume à  aller tout droit en tirant sur tout ce qui bouge…

La lumière, là, au bout du tunnel…

Metro2033-05Assez dur, le jeu obligera les bourrins à réfléchir un peu avant de foncer dans le tas, car la vie descend vite, et on ne peut pas transporter 10 000 trucs sur soi. On a donc des bestioles en tout genre, des petites vicieuses, des moyennes rapides et griffues, et bien sûr les divers bandits qui tentent de survivre comme nous, et qui tirent donc à vu. On a aussi des énormes bestioles qu’on aura pas trop souvent l’occasion de tuer, d’une part parce qu’elle volent et aussi parce que même avec 2 chargeurs dans le buffet, elles continuent de nous vouloir pour le dessert. La phase dans la bibliothèque, (3-4 niveaux de mémoire) en est un parfait exemple, avec des bestiaux massifs et fourbes, qui encaissent sans sourciller et qui nous bute en 3 coups. Metro2033-06La bibliothèque en est infestée, et bordel la pression de ouf dans ces niveaux, j’ai rarement ressenti ça. Surtout que pour trouver son chemin, on a une pauvre boussole et que ces niveaux sont sur plusieurs étages, ce qui en fait indéniablement le meilleur moment du jeu. On aura aussi quelques phases en extérieur un peu plus ouvertes que les couloirs du métro histoire de varier les plaisirs. Comme les autres Fps modernes, on a une durée de vie qui même avec tout ça ne dépasse pas les 6 heures, sachant qu’en plus il n’y a guerre de raisons d’y revenir hormis les succès…

yesMetro 2033 est donc un bon jeu, un bon Fps à ambiance qui sait apporter suffisamment de choses pour en justifier l’intérêt, même si on pourra lui reprocher un classicisme absolu dans son déroulement et des armes classiques et qui manquent de pêche. Malgré tout, je ne peux pas dire que je n’ai pas apprécié, bien au contraire, et vu le prix auquel on peut le trouver aujourd’hui, les amateurs de jeux à ambiance auraient bien tord de se priver…

J’ai aimé

+ Ambiance pesante très bien retranscrite

+ Techniquement correct

+ Assez dur

+ Les trouvailles de gameplay qui renforcent l’immersion

+ Les niveaux dans la bibliothèque

+ Les accents russes des voix US

+ Le DLC Ranger Pack gratos

+ Le Heavy Automatic Shotgun, pour faire comme dans The Expendable !

J’ai pas aimé

– Assez court

– Très classique (tu avances tout droit, tu tires)

– Un arsenal classique et qui manque de pêche

– Le héros inexpressif

Ma Note : 7/10

Publicités

Publié le 28 janvier 2013, dans Tests, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Assez d’accord avec ton test! J’attends la suite avec une certaine impatience tout de même!

  2. Idem du coup Last Night fait partit des jeux que j’attends en mars 😉

  1. Pingback: [Article] Récap des articles de 01/2013 ! « Drizzt Elf Noir : Come Into My Web

  2. Pingback: [Article] Planning de 05/2013 ! | Drizzt Elf Noir : Come Into My Web

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :