[Test] Xcom : Enemy Unknown !

XcomTitre : Xcom : Enemy Unknown

Développeur : Firaxis

Date de sortie : 12/10/2012

Acheté fin octobre sur les bons conseils de Nym33p, Xcom est resté longtemps dans ma bibliothèque Steam, sans cesse repoussé à cause d’autres jeux. Avec pour bonne résolution de ne pas commencer de jeux de 2013 avant d’avoir fini ceux de 2012, c’est donc naturellement que je me suis enfin penché sur ce tactics qui s’est révélé surprenant et très accrocheur.  Pourquoi ? Réponse tout de suite !

Pour gagner, il faut savoir perdre…

Xcom-01Le premier contact avec le jeu s’est pourtant fait dans la douleur, et on va commencer directement avec ce qui fâche, à savoir un bilan technique très loin de ce qu’on a l’habitude de voir sur Pc. Les décors ne sont ni beaux ni moches, c’est standard dirons nous, avec quelques fois de jolis effets de feu et de lumière pour égailler un peu, mais rien qui fera date ni qui suffira à décrocher un « ouah c’est beau ». La première mission finie on arrive à la base, la première cinématique (faite avec le moteur du jeu) se lance, et là… Bienvenue à l’aire de la génération Ps2, avec des visages justes ridicules en 2013 ! Ce point mis de côté, intéressons nous à ce qui fait la force du jeu, à savoir tout le reste. On est donc face à un titre qui se compose en 2 phases : les missions sur le terrains tactics au tour par tour et la gestion de la base entre chaque missions. On commence sur le terrain, via un tutorial qui vous initiera aux différents mouvements et attaques des différentes unités. Xcom-02Et ce n’est pas innocent si on finit cette mission avec seulement 1 soldat vivant sur les 4, car le jeu est difficile et impitoyable. L’IA est sans pitié, frappe les plus faibles ou ceux à découvert en priorité, lance une grenade dès que 2 de vos soldats sont regroupés, et au début il suffira d’une attaque pour que l’un de vos soldats crève lamentablement. Et ça en normal… Il faudra donc s’investir pour espérer sortir victorieux des différentes missions, étudier soigneusement chaque mouvement pour ne pas se faire poutrer le tour d’après ect… Plus un soldat tue des ennemis et plus il enchaîne des missions, plus il devient haut gradé, avec 1 talent à choisir entre 2. Il y a le premier qui détermine la classe parmi les 4 disponibles, et les points suivants qui permettent d’augmenter l’efficacité de notre bidas. On aura tout intérêt à sauvegarder souvent pour ne pas perdre notre gros sergent suite à une boulette, car jouer une escouade de 6 gradés simplifie grandement les choses, même si un coup critique qui one shot votre colonel saura toujours vous apprendre l’humilité…

Semper Fi Commandant

Xcom-03L’histoire prend donc place de nos jours, alors que des extra terrestres débarquent sur notre belle planète pour jouer les envahisseurs. Le Xcom est donc créé, une escouade d’élite dont la mission sera de faire face à l’ennemi et de le chasser de la Terre. Comme expliqué plus haut, la tâche ne sera pas facile sur les premiers runs pour un non initié au genre. Heureusement entre chaque mission, la deuxième phase de gameplay prend le relais via une gestion de la base avec tout ce que ça implique : développement de la R&D, fabrication en chaîne des concepts, formation des soldats et gestion de la crise planétaire, rien que ça. Le premier permettra donc de développer des armes et armures efficaces contre les aliens, le deuxième permettra de fabriquer les dites recherches et d’aménager la base, le troisième de former et de personnaliser les soldats qui formeront votre escouade de combat et enfin le dernier de choisir le soutien offerts aux 16 pays qui financent l’Xcom. Xcom-04Cette phase de gestion est donc cruciale pour réussir, autant que celle sur le terrain et il faudra bien veiller à développer ses infrastructures correctement tout en veillant à garder le soutien d’un maximum de pays en gérant les priorités. Aussi prenante et impitoyable que sur le terrain, cette phase sera d’ailleurs le seul moment ou le game over fera son apparition, puisque si votre escouade est décimée sur le terrain vous reviendrez à la base tout de même et pourrez former d’autres soldats. En revanche si vous perdez le soutiens de 8 pays sur les 16 qui composent le Xcom, ça signifiera la fin de la partie. Et qu’un pays vous lâche, ça arrive assez vite. Votre de but sera d’étendre la couverture satellite aux 16 pays membres, sachant que vous commencez avec 1 et de faire en sorte que la jauge de paniques à 5 crans n’atteigne jamais la 5ème case. Problème, des conflits éclateront souvent à 3 endroits simultanément, vous obligeant à choisir, ou des ovnis attaqueront tel pays, sauf qu’il n’est pas couvert par vos avions, vous empêchant de le défendre…

Quand la routine ne s’installe pas

Xcom-05Plus vous enchainerez les parties, mieux vous vous démerderez, et vous tenterez alors un niveau de difficulté plus élevé. Autant être clair, chaque pallier de difficulté est un cap à franchir pas comme dans les 3/4 des jeux. En Classic (le mode difficile) les choses se compliquent à tous les niveaux, vous commencez la partie avec les 16 pays au cran 1 de panique, presque pas d’argent et d’énergie, les ennemis sont plus nombreux et ont plus de vie sur le terrain, l’enfer quoi. En impossible, bah là ça porte bien son nom avec un cran de panique à 2 dans tous les pays dès le départ (autant dire que finir sans perdre 2-3 pays minimum tient du miracle), encore moins d’argent et d’énergie, et encore plus d’ennemis avec plus de vie qui ont tendance à enchaîner les coups critiques. Pour comparer avec le mode normal, y’a le double d’aliens sur le terrain et ils ont 2 fois plus de vie, ce qui au début avec des soldats au raz des pâquerettes est juste l’enfer sur terre. Xcom-06Et en bonus sur tous les modes de difficulté, y’a même une option Homme de Fer dans lequel il n’y à plus de sauvegardes manuelles (!!!) et de rechargements possibles. Oui, ça pique un peu…Chaque partie sera en plus différente grâce au côté aléatoires des conflits, ennemis, objectifs et map de chaque mission, rendant 2 partie toujours différentes. Même en ayant retourné le jeu dans tous les sens avec une dizaine de parties à mon actif, je n’ai pas eut 2 parties similaires. Un très bon point qui évite la lassitude, surtout quand on farme les succès. Au niveau des petits regrets, le bilan technique bien sûr, enfin surtout durant les cinématiques avec ces visages qui font vraiment pitié en 2012 / 2013 n’ayons pas peur des mots. On regrettera aussi les quelques soucis de caméra durant les phases de terrains histoire de chipoter un peu…

yesXcom est donc une grosse réussite qui me permet de bien commencer l’année. On aurait certes aimé que techniquement le jeu soit plus avancé, mais comme souvent c’est pas parce qu’un jeu est moche qu’il ne permet pas de s’éclater. Après avoir retourné le jeu dans tous les sens, et ce sans jamais me lasser grâce aux missions aléatoires, je ne peux que conseiller Xcom au fans de tactics, un jeu riche et prenant mais aussi assez corsé et sans pitié. Un genre finalement peu courant, qui tient là ni plus ni moins que son champion.

J’ai aimé

+ Un tactics !

+ Assez corsé et sans pitié

+ Des ennemis variés et de plus en plus forts

+ La gestion de la base et des soldats

+ La personnalisation des soldats

+ La gestion du conflit planétaire

+ Les missions aléatoires qui permettent un grosse rejouabilité

J’ai pas aimé

– Techniquement ultra moyen…

– Au secours les visages des personnages !

– Quelques bugs de caméra

– Le % de réussite / critique des coups qui ne veut rien dire

Ma Note : 8/10

Publicités

Publié le 18 janvier 2013, dans Tests, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :