[Test][Souvenirs] Okami Hd !

okamiTitre : Okami Hd

Développeur : Clover Studio

Date de sortie : 09/02/2007 sur Ps2, 31/10/2012 sur Ps3

Sorti en 2007 alors que la Ps2 sombrait dans l’oubli et que la génération actuelle était en pleine installation, Okami revient aujourd’hui dans un portage Hd, histoire de faire découvrir ou redécouvrir ce jeu cultissime. 5 ans après, le jeu a t’il fait les frais du temps ? Est il toujours aussi jouable ? Peut il convaincre les joueurs d’aujourd’hui ?

Ama terrasse tout

okami-01Le jeu commence par longue séquence d’intro de 20 minutes, dans laquelle on nous comte la légende d’Orochi, un dragon qui terrorise un village tous ans en demandant qu’une jeune fille soit sacrifiée. 100 ans après sa défaite, ce dernier revient lorsqu’un mystérieux inconnu lève le sceau qui emprisonnait le dragon. Le japon est donc dévasté par une malédiction et votre mission sera de purifier ses terres, tout en bottant le cul du vilain dragon. On incarne donc un loup qui ne parle pas, qui est accessoirement un dieu, en la personne d’Amaterasu, la déesse du soleil. En tant que déesse, Ama pourra faire tout un tas de choses extraordinaire au fur et à mesure de l’aventure, faire fleurir des arbre, réparer des ponts cassés, mettre le feu à des objets et j’en passe. okami-02Comme tout jeu d’action aventure, on démarre faible pour devenir surpuissant, à dose de nouveaux pouvoirs et compagnie. La particularité du jeu est que ces pouvoirs s’activent via un écran où le temps est figé et dans lequel le joueur doit dessiner. Hormis les runes où le dessin est imposé, le jeu est relativement tolérant lors de ces phases, et même si le rond censé représenter le soleil est un peu diforme, ça valide quand même assez bien les gribouillis dans l’ensemble, même si des fois il faudra s’y reprendre à 2-3 fois pour faire fleurir un foutu arbre.

Aussi beau qu’un cerisier en fleur

okami-03Atout majeur du jeu à sa sortie, le bilan technique est toujours aussi flatteur 5 ans plus tard, car le cell shading vieillit plutôt bien. Les niveaux sont vastes et colorés, le level design est au poil et les animations ne sont pas en reste avec un rendu global efficace encore aujourd’hui, si bien que de toutes les compilations Hd que j’ai faite, c’est clairement celle là qui est sur la première marche du podium. On pardonnera moins par contre l’effet pop up des coffres et animaux, qui apparaissent à la dernière minute parfois, et qui en 2012 font une grosse tâche sur ce tableau d’un blanc immaculé jusqu’ici. Pour le reste le portage est exemplaire, avec une compatibilité avec le Ps Move et pas de ralentissements ou suppression de contenu comme on peut en retrouver chez les compilations de Konami. okami-04Côté sonore on retrouve la BO mythique (sur 4 cd !) de l’époque avec des musiques entêtantes et assez japonaises dans l’esprit, qui collent toujours parfaitement aux situations. Globalement on retrouve donc les sensations de l’époque, qui peuvent sans nul doute être transmises aux plus jeunes joueurs, car le jeu est assez facile, beau et vraiment riche, aussi bien par la durée de l’aventure qui avoisine la quarantaine d’heures que par le gameplay varié, et c’est justement l’objet du prochain paragraphe…

Le bon vieux temps

okami-05Okami est le résumé d’une situation aujourd’hui passée, celle à laquelle les japonais roulaient littéralement sur tout ce qui se faisait dans le jeu vidéo. On a donc un jeu original, beau, avec une BO qui tue et super long, le tout avec un gameplay si riche qu’il ferait encore de l’ombre aux grosses productions d’aujourd’hui. En 2007 c’était le début de la 360 et de la Ps3 où on commençait à avoir des bons jeux, et là y’a la  Ps2 qui accouche d’une perle pareille. Okami est donc ce qu’on pourrait appeler un Zelda like, à savoir un jeu dans lequel on récupère des abilités pour explorer de plus en plus de lieux, sauf qu’ici on doit pas sauver une princesse à la con. okami-06L’histoire d’Okami est très nippone dans sa narration, avec des phases rigolotes mais aussi très dramatiques, le tout saupoudré de légendes bien connu pour tout Otaku qui se respecte. C’est bien raconté, bien construit et on ne s’ennuie jamais, car on enchaîne les phases de gameplays différentes 40 heures durant, et mine de rien ce n’est pas donné à tous les jeux. Avec les quêtes annexes on atteint allégrement les 50 heures, autant dire que pour 20 €, vous en aurez pour votre argent…

yesDifficile de ne pas recommander ce chef d’oeuvre qui ressort aujourd’hui dans une version réussie. Toujours aussi beau malgré les années, en grande partie grâce à son cell shading et à sa direction artistique de haute volée, le jeu vous entraînera dans une aventure passionnante, drôle et dramatique dans laquelle on ne s’ennuie pas malgré les 40 heures au compteur, au rythme d’une BO magistrale. Clairement l’un des jeux majeur de la Ps2 et le symbole de la supériorité créative du Japon de l’époque, sans oublier le testament de son studio fondateur qui a fermé depuis. Un jeu culte que tout passionné se doit de faire…

J’ai aimé

+ Toujours aussi beau, 5 ans après

+ Direction artistique de folie

+ Le gameplay très riche

+ Un contenu bien dense

+ La B.O somptueuse

+ Une histoire qui mêle l’humour et le dramatique

+ Ah l’époque du Japon > All… C’était le bon temps !

J’ai pas aimé

– Encore du pop up, en 2012, sérieusement ?

– Quelques bugs lors des dessins

– Les dialogues en langage imaginaire peuvent saouler à la fin

Ma Note : 9/10

Publicités

Publié le 5 janvier 2013, dans Souvenirs, Tests, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :