[Tests] I Am Alive !

I Am AliveTitre : I Am Alive

Développeur : Ubisoft

Date de sortie : 06/09/2012

Annoncé en grande pompe il y a quelques E3, I Am alive était à l’origine un titre AAA développé par Darkworks. Plusieurs années d’absence des salons et un silence inquiétant sur le jeu ont quelque peu fait retomber le hype, et c’est finalement Ubisoft Shangaï qui a sortit le titre, à 15€ et en téléchargement uniquement, après l’avoir remanié qui plus est. Après un développement aussi chaotique, le titre tient il toutes ses promesses ? Réponse ici et maintenant…

Où sont ma femme et ma fille !

IAA-01Le jeu commence en nous expliquant que le monde a subi ce qui a été appelé Le Choc, et l’humanité a été en partie décimée. Des tremblements de terre réguliers et une couverture de cendres asphyxiante sont désormais le quotidien des survivants, et on incarne justement l’un d’eux, qui revient dans sa ville après une longue absence pour retrouver sa femme et sa fille. Dès le début du jeu, l’ambiance est pesante et l’impression d’être dans ce qui reste de l’humanité est bien retranscrite. Les ressources sont rares, le silence est inquiétant, et les personnes rencontrées sont à cran, pas de doute le tout est vraiment crédible et c’est incontestablement l’une des grandes réussite du jeu. IAA-02Lâché au début du jeu dans la ville du héros, Haventon, et vu le peu d’explication donnée par l’intro, on s’attend en apprendre plus sur ce monde ou du moins ce qu’il en reste, et malheureusement, durant les 7-8 heures que le jeu à offrir, et bien on apprendra que dalle. Les bons points illustrés ci dessus s’écroulent donc comme un château de cartes lorsque arrivés aux crédits, on en sait finalement guère plus qu’au lancement du jeu, un scandale que je parviens difficilement à pardonner, surtout comment le jeu réussit à nous mettre dans l’ambiance.

Staying Alive

IAA-03Heureusement sur le gameplay, le jeu se rattrape un peu en nous offrant quelque chose finalement d’assez inédit. On incarne donc un humain de base, qui n’est pas un ancien militaire ou un sportif d’exception, et dès les premiers pas dans le jeu, on se rend compte que contrairement aux 3/4 des jeux où les héros peuvent courir pendant 10 heures, ici ce n’est pas possible. On a ainsi une jauge d’endurance qui fond comme neige au soleil dès le moindre effort, en courant mais aussi et surtout lors des phases d’escalades, où l’épuisement de la jauge signifie s’écraser comme une merde en contrebas. Un stress permanent vient donc s’ajouter à l’ambiance pesante, et le peu de ressources disponibles dans les niveaux (conserves, soda et compagnie, qui restaurent soit beaucoup de santé ou d’endurance, soit un peu des 2) renforcent encore un peu plus le côté survie du jeu, décidément très au point. IAA-05Les niveaux ont donc un côté vertical, avec beaucoup de phases d’escalades, avec des passages uniquement constitués de ces phases de gameplays et assez tendu niveau endurance, avec l’impression d’avoir réussi quelque chose d’extraordinaire quand on rejoint la corniche qu’on avait vue tout en bas quelques minutes avant. On rencontrera aussi quelques personnes dans le besoin, les aider nous coûtera donc des ressources, et il appartiendra au joueur de les aider en leur filant des objets qui pourraient s’avérer utile dans quelques minutes ou de les laisser dans leur merde, sachant que chaque aide vous octroie une « vie » supplémentaire. On aura donc un nombre d’essais pour finir un niveau, et si on a plus de vie on devra recommencer le niveau depuis le début. Sauf qu’en 7-8 heures, il y a 21 niveaux, autant dire qu’on ne recommencera à chaque fois que 5-10 minutes tout au plus, ce qui à part sur quelques passage se révèle donc assez inutile…

Poker Face

IAA-04Hormis l’escalade et la survie, on rencontrera aussi des gens, et rapidement on se rendra compte que la situation fait que tout le monde est aux taquets. Etre armé devient ainsi une nécessité, qu’on est une balle dans le chargeur ou pas. Les ressources sont rares, ce qui vaut aussi pour les balles de pistolet où on aura souvent 1 voir 0 balles sur nous (pour tout vous dire j’ai eut 4 balles maximum dans mon chargeur à un moment donné). S’illustre ainsi le bluff dans toute sa splendeur quand un quidam viendra nous chercher des noises armé d’une machette et qu’on le braquera avec notre flingue vide, lui croyant que sa vie ne tient plus qu’à un fil et moi priant pour qu’il reste là où il est. Quand il y a par contre un groupe, ça sera pas la même chanson. IAA-06On essayera donc d’éviter les rencontres aussi souvent que possible ou en cas d’affrontement forcé d’éliminer au moins un cible par surprise, car 2 balles suffisent pour voir le héros s’écrouler… C’est indéniablement un point réussi du jeu même si les scripts de l’IA sont finalement assez peu nombreux et que les situations deviennent trop répétitives vers la fin. Il en va de même pour le jeu dans l’ensemble, car en 7-8 heures, on ne compte plus les allers – retours dans les environnements similaires et les situations qui le sont tout autant. C’est bien dommage qu’avec un tel potentiel le jeu ne nous enmène pas plus loin, et la fin arrive si subitement qu’on croit à une mauvaise blague. Et bien non…

yesEn définitive je ne peux pas dire que je n’ai pas apprécié I Am Alive, vu qu’il a de grandes qualités et qu’il propose quelque chose d’assez inédit. Malheureusement l’inexistence de réponses sur ce monde post apocalyptique et l’histoire qui se termine alors qu’on croit qu’elle commence laissent un sérieux goût amer, sans parler de la répétitivité qui s’installe assez vite alors que le jeu se plie en 7 heures. L’aspect survie est par contre très réussi, le stress est intense et techniquement sur Pc le jeu est assez joli artistiquement, avec un filtre graphique sympa malgré des textures assez pauvres. Pas un mauvais jeu, mais un titre qui aurait pu aller bien plus loin. A faire tout de même vu le prix et surtout pour ce qu’il propose, car pour les fans de survival vous tenez là un jeu de choix !

J’ai aimé

+ L’ambiance du jeu, ultra pesante

+ La jauge d’endurance et tout ce que ça implique

+ La Survie avec un grand S

+ les coups de poker avec les gens rencontrés

+ Le prix (15€)

J’ai pas aimé

– Assez répétitif

– Bordel où sont les explications ?

– C’est déjà la fin, sérieusement ?

– Pas bien beau

– Le système de vie, inutile

Ma Note : 6/10

Publicités

Publié le 19 décembre 2012, dans Tests, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :