[Tests][Trophées] 100% des succès : The Elder Scrolls V : Skyrim !

Titre : The Elder Scrolls V : Skyrim

Développeur : Bethesda

Date de sortie : 11/11/2011

Sortit le 11/11/2011, c’est en début d’année 2012 que je me suis lancé dans le monde de Skyrim. 200 heures plus tard il est temps de faire le bilan et de rendre hommage à ce jeu qui sera, sans l’ombre d’un doute, bien classé dans mon top de l’année 2012. Suivez le guide, je vous fais visiter…

C’est en forgeant qu’on devient forgeron

La première chose qui change des autres Rpg, c’est qu’il n’y a pas de choix de classes, de caractéristiques et de compétences. On choisit sa race et on créé son personnage en détail parmi les innombrables choix de visages coupes de cheveux ect. Ensuite, et bien votre personnage sera ce que vous aimez jouer. Reprenant le principe de « c’est en forgeant qu’on devient forgeron », votre personnage tira de mieux en mieux à l’arc à force de décocher des flèches et vous serez meilleur en alchimie en créant de plus en plus de potions. Avec 18 compétences à monter jusqu’au niveau 100, il y a vraiment de quoi faire, surtout qu’à l’intérieur de ces compétences il y a un arbre de talent pour chaque compétences, ce qui vous confère des atouts. (renforcement de dégâts avec telle arme, amélioration de la visée pour l’arc, meilleure résistance des armures ect) Monter ces compétences sera d’ailleurs la seule façon de monter de niveau, ce qui vous permettra de monter les 3 seules caractéristiques du jeu, à savoir la santé, la magie et la vigueur. Le jeu est il simpliste pour autant ? Et bien non, bien au contraire. On peut rouler sur les ennemis d’un donjon et se faire poutrer par une liche qui vous grillera avec ses éclairs. La vigilance est donc de mise, et si le jeu pourra paraître facile, il y aura toujours un prête dragon, un seigneur draugr (Rho Daaaaa !) ou un dragon millénaire pour vous apprendre la vie. Comme souvent dans ces jeux, il faudra mettre des mods pour pouvoir « Respec », ou réinitialiser ses talents, car l’erreur est humaine (il y a des atouts qui ne servent franchement à rien) et surtout ça permet d’essayer un peu tout.

Et la lumière fut

Après un petit donjon d’introduction, on est lâché dans le monde colossal de Skyrim, et si un village voisin nous est indiqué, on peut parfaitement aller où bon nous semble, et c’est là que commence la dérive et que le phénomène chronophage du jeu prend tout son sens. Le monde de Skyrim est grand, et à la manière d’un Red Dead Redemption, il est vivant et il y a toujours un évènement aléatoire qui viendra perturber votre tâche initiale et vous entraînera malgré vous dans un autre recoin du monde. Composé de 9 Châtelleries (ou régions si vous préférez), avec chacune des ambiances et coutumes distinctes et des gouvernements opposés qui peuvent être renversés, le monde est cohérent et fourmille de détails. La direction artistique du jeu est impressionnante et le travail fourni par les équipes de Bethesda pour rendre tout ceci crédible est admirable. Surtout que le jeu est est vraiment joli de base, et une fois modé il devient juste sublime. Très bien optimisé il tourne parfaitement sur des bécanes modestes mais les gros mods graphiques sont par contre réservés aux grosses configs. En effet on trouve vraiment de quoi transformer le jeu, remplacement des textures du sol, des arbres et plantes, du ciel, des paysages, de l’eau… Sans parler du mod de Emb qui refait tous les effets de lumière. Niveau sonore, les musiques sont magistrales et accompagnent parfaitement aussi bien les moments calmes que les instants épiques. J’ai commencé en Vf avant de passer à la Vo pour esquiver un bug de quêtes et suite à cela je suis resté en VO. Il faut dire que la Vf est correcte, mais le problème est qu’il y a 20 doubleurs pour tout le jeu, et il m’est arrivé de constater que le jarl de telle ville avait la même voix qu’un mendiant croisé 2 heures plus tôt dans une autre ville… La taille des fichiers audio parle d’elle même, 1.6 Go pour la Vo, et moins d’1 Go pour la Vf…

28 jours plus tard

Niveau contenu, même sans tout faire, il paraît bien difficile de boucler le jeu en dessous de 100 heures, à moins de rusher la quête principale et de rater du coup pas mal de choses. Entre les compétences à monter, l’équipement à crafter / acheter, la quête principales, les quêtes de factions, les quêtes annexes et les évènements aléatoires, on en a pour son argent. Le plus impressionnant reste quand même le travail accompli sur les quêtes annexes, avec des intrigues bien pensées et bien écrites, avec leur lot d’instants dramatiques et de conneries. Ce travail se retrouve aussi dans les livres dans le jeu, avec des histoires assez drôles et intéressantes, qui permettront parfois de récupérer quelques objets légendaires. Il y a aussi les quête des artefacts Deadras aux caractéristiques monstrueuses pour la plupart, (même si un enchanteur averti pourra crafter bien mieux en fin de partie), la chasse aux dragons qui réserve des moments épiques et qui permet de récupérer des cris aux pouvoirs aussi divers qu’intéressants et la guerre civile qui vous permettra de choisir un camp et de conquérir des villes en renversant le gouvernement en place. Bien sûr il y a aussi des quêtes dites Fedex « Va chercher le chandelier doré dans la maison de Mme Vieillepeau », et elles sont même répétables à l’infinie, mais ces quêtes ne font pas partie ni de l’histoires ni des quêtes annexes. Elles sont là en plus, comme si y’avait pas assez de choses à faire. Surtout qu’on a tendance à l’oublier, mais le jeu à aussi une quête principale assez bien fichue et réservant quelques surprises. En fonction des factions que vous aurez rejoints, il y aura même des embranchements scénaristiques, même si on est loin d’un The Witcher.

Le dragon qui volait à l’envers

Comme à chaque épisodes, la série des Elder Scrolls réserve son lot de bugs et de défauts récurrents. Quelques célébrité ont rapidement fait le tour de la toile, comme le smilodoncoptère, le german suplex ou encore le dragon qui vole à l’envers. Plus généralement on sera consterné devant l’IA des compagons, à tel point que j’ai fais le jeu seul. On pestera devant une quête qui se déclenche en lisant un livre alors que vous venez juste de la finir. On maudira les flèches et les souffles de dragon qui traversent les murs. On constatera que les animations sont toujours aussi raides en dépit des efforts consentis. On s’étonnera de tuer un dragon et de ne pas pouvoir aspirer son âme ou de devoir faire le jeu en Vo pour finir une quête. Je passe sur ces bugs inérants aux jeux à monde ouverts pour m’attarder sur le manque cruel de relations avec les personnages. C’est un jeu de rôle merde, et voir sa femme cantonnée à la cuisine, tenir une boutique et venir jouer les boulets (oui parce que l’IA alliée non merci quoi !) avec mon perso, il n’y a finalement que peu (ou pas même) d’intéraction. A part un « Bonjour mon amour » quand je franchis le pas de la porte, j’avais pas l’impression d’être marié (je passe sur la cérémonie expédiée vite fait et sur la « romance » si on peut appeler ça comme ça. Surtout que celle que j’avais choisis n’avait pas vraiment le caractère romantique et « je reste à la maison ». Ce constat s’applique à tous les personnages, n’espérez même pas bâtir une relation avec votre partenaire d’arme. Autre défaut majeur, le manque de cohérence entre les factions. Ayant fait toutes les quêtes et donc être monté dans la hiérarchie de toutes les factions du jeu, il est dommage d’être considéré comme un pouilleux par la confrérie noire alors que j’ai redonné les heures d’avant l’influence d’antan de la guilde des voleurs. Idem pour les PNJ qui ont tendance  à vous lancer des phrases en rapport avec ce que vous avez fait durant les dernière heures. Ca peut paraître une bonne idée sauf que ce sont des phrases toutes faites et voir un garde me balancer « C’est vous qui avez tué M. Trucmuche » et continuer son chemin (c’est un meurtre quand même), alors que ce monsieur je lui est coupé la tête dans une crypte sans aucun témoin, bah ça le fait pas trop. Bref, les exemples ne manquent pas et j’ai ai vu des bizareries, le fait est qu’on fait avec tant l’expérience d’un Elder Scrolls est unique, même si ces défauts je les retrouve depuis Morrowind…

Pour conclure j’ai passé un très bon moment sur ce jeu. Avec mon perso que j’ai monté au niveau 81 avec les 18 compétences à 100 (l’alchimie est un cauchemar à monter au passage), j’ai fais je pense la majorité du contenu du jeu. Si je jeu est sublime, aussi bien au niveau technique qu’artistique, si y’a du contenu à foison, si l’histoire et prenante et si la qualité de l’écriture force le respect, il y a tout de même quelques trucs qui m’ont déçus. Mis à part ces écueuils, Skyrim est un grand jeu de rôle, avec des défauts certes, mais qui propose une expérience unique, comme finalement chaque bon jeu de rôle. Un indispensable.

J’ai aimé

+ Joli de base, sublime avec les mods

+ Un monde gigantesque, riche et vivant

+ Un contenu à faire frémir les autres jeux

+ Des quêtes bien pensées et bien écrites

+ Les dragons et les cris

+ Vo et musiques magistrales

+ Les mods sur PC, merci Skyrim Nexus

J’ai pas aimé

– Des bugs, encore et toujours

– Une IA alliée inexistante, encore et toujours

– Un manque de cohérence entre les factions / Pnj, encore et toujours

– Pas de relations avec les personnages, encore et toujours

Ma Note : 8/10

Publicités

Publié le 22 février 2012, dans Tests, Trophées, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. Un succès bien mérité ! Mais les moins que tu as mis sont plus la marque de fabrique des Elder Scrolls qu’autres choses ^^’

  1. Pingback: [Tests] Récapitulatif des Tests de Janvier à Septembre 2012 ! « Drizzt Elf Noir : Come Into My Web

  2. Pingback: [Article] Le Bilan de l’année 2012 ! « Drizzt Elf Noir : Come Into My Web

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :