[Article] Mondes ouverts et couloirs, choisis ton camp camarade !

Finalement aujourd’hui dans les jeux vidéos, on a 2 camps. Les jeux dits « couloirs » (exemple Call Of Duty) et les jeux à monde ouverts (exemple GTA). Que ce soit l’un ou l’autre, les 2 ont à mon sens de vraies différences, que ça soit sur la mis en scène, la narration ou encore l’aspect technique, sans oublier le gameplay. Alors plutôt couloirs, plutôt mondes ouverts ? J’ai pour ma part une petite idée sur la question, ce que je vous propose de découvrir…

Bruits de couloirs

Les jeux dit couloirs, se sont développés surtout ces dernières années, enfin ils ont toujours existé mais l’impression d’être dans des couloirs se fait de plus en plus sentir. Finalement qu’est ce que cela apporte de mettre le joueur sur des rails ? Et bien déjà pour le développeur, c’est moins de soucis, car le joueur passera forcément là où le développeur le veut, donc il sait que au point A, il va lui faire voir une scène bien précise et au point B lui déclencher un bon petit script. Si le monde est ouvert ça fait chier, car le joueur peut arriver de partout, et on sait tous que des fois même si il y a un escalier à gauche, et bien on va vouloir essayer d’enjamber la rambarde ou prendre l’espèce de monticule de rocher à droite, quitte à mettre deux fois plus de temps que si on avait pris l’escalier. Et puis le jeu vidéo s’est développé, avec de nouveaux joueurs qui arrivent et qui ont de moins en moins envie de chercher, de fouiller un peu partout pour trouver la solution, et donc qui apprécient d’être sur un rail. Après, pour moi tout repose sur la faculté du développeur à cacher cette impression de couloirs, ou alors à proposer des zones suffisamment grandes de temps en temps pour laisser le joueur respirer. Certains Fps le font très bien comme Halo par exemple ou les Fps plus ambitieux comme Half Life, Bioshock ou plus récemment Rage. L’avantage de ces productions, c’est de faire croire au joueur qu’il est libre, en lui imposant certes des limites, mais en lui permettant de sortir du chemin tout tracé et d’aller farfouiller à droite ou à gauche, même si c’est dans un couloir. J’avoue être de moins en moins fan du couloir tout droit durant tout le jeu, cas typique des Call Of Duty, Gears Of War et consorts, qui se contentent de mettre le joueur dans un énorme couloir bourré de scripts, et si j’aime bien en prendre plein la gueule de temps en temps, de là à en manger durant tout le jeu faut pas pousser. Autre talon d’Achille de ces productions, la durée de vie qui fond comme neige au soleil. Forcément il n’y a pas d’exploration et de chemin à trouver, il suffit d’avancer. Je déplore cet état de fait, mais pour d’autres c’est un avantage, car le père de famille n’a pas forcément 20 heures à mettre dans une aventure solo maintenant qu’il travaille et qu’il doit s’occuper de sa petite famille, le temps des cours séchés et des nuits blanches est maintenant révolu, et un jeu qui se finit en 10 heures voir moins sans trop se prendre la tête est idéal pour lui. Et pour Kév… pourquoi Kévin d’ailleurs, allez disons Raoul, 15 ans et collégien de son état, bah chercher son chemin c’est chiant, mourir c’est chiant, réfléchir c’est chiant, et les dialogues c’est relou, alors vous pensez bien que foncer tout droit tête baissé en tuant tout ce qui bouge dans un jeu où il n’y a pas d’énigme c’est l’idéal, se gargariser de ça et être un killer devant ses potes encore plus, alors vous pensez bien qu’un jeu comme Rayman Origins bah c’est de la merde ! Ca c’était gratuit. Pour en revenir au sujet initial mis à part quelques exceptions, les jeux à couloirs sont souvent ceux qui ont des histoires plus travaillées, les personnages les plus intéressants, qui sont techniquement plus aboutis,  etc, du fait que tout simplement faire un jeu à monde ouvert prend plus de temps, et que si on a un cycle de développement de 2 ans, bah en faisant un monde ouvert on a moins de temps pour le reste.

Entrez c’est ouvert !

Intéressons nous maintenant au camp adverse, à savoir les jeux à monde ouvert. Déjà il faut savoir que même en prenant un Skyrim qui est juste colossal en terme de surface de jeu, les jeux à monde ouvert ont toujours des limites. L’avantage de ces productions c’est que bien souvent le joueur peut faire un peu tout ce qu’il veut, tel un bambin lâché dans un immense bac à sable. Pour prendre mon exemple de Skyrim, rien que traverser la carte du monde de part en part à pied prend facilement quelques heures, et on peut perdre des heures à faire des petits rien. Exemple concret, je pars faire une quête, en chemin je vois une biche au loin. J’ai besoin de peau pour crafter une armure, alors je prends mon arc pour la buter. Pas de bol je vise comme une buse et ma flèche va se loger au pied d’un bandit plus bas. Il débarque avec ses potes, je leur mets leur branlée, je les dépouille et vais fouiller le camp voisin. Là bas, je lis un bouquin qui décrit la légende de l’épée de l’aigle carmin, je me dis chouette  une arme légendaire et je pars à l’endroit ajouté sur la carte. Là bas l’épée est au mains d’un chef d’une espèce de secte, je rase la base, souille le chef et choppe l’épée. Et là paf nouvelle quête, cette épée est en fait la clé d’un sanctuaire. Me revoilà partit pour tirer cette histoire au clair, je vais dans l’espèce de grotte, ouvre la porte cachée avec l’épée, casse quelques squelettes pour finir sur un combat épique contre une espèce de liche. Je récupère mon arme légendaire, la quête que je comptais faire à la base est passée aux oubliettes et la biche aussi. Et paf, 3 heures de jeu dans le buffet. Ces jeux ont donc souvent une durée de vie qui dépasse les 20 heures, et encore estimer la durée de vie d’un tel jeu est difficile car le joueur peut passer énormément de temps à jouer sans pour autant suivre l’histoire implémentée dans le jeu comme mon exemple l’illustre. C’est d’ailleurs souvent un des gros points noirs de ces jeux, les histoires, personnages etc sont souvent génériques et sans grande inspirations, sans parler des bugs en tout genre en général bien plus nombreux que sur les productions à couloirs. Techniquement, ils sont presque à chaque fois en dessous, et tout ça s’explique par le fait que ces jeux mettent plus de temps à développer, du fait de toutes les variables auxquelles les développeurs doivent penser, du moteur du jeu plus complexe à réaliser, et de la tonne de bugs à corriger. Si je vous cite Crackdown, Infamous, ou encore Just Cause, vous allez pas me dire que le scénario ou les personnages vous ont marqué, vous allez plutôt me dire que dans ces jeux, vous vous êtes vachement amusé. On est d’accord.  Pour autant ce n’est pas systématique, et le roi Rockstar est là pour prouver qu’on peut faire des jeux à monde ouverts avec une histoire qui tient la route, des personnages travaillés et techniquement très solide. Et pour reprendre mes exemples du dessus avec le père de famille que je vais nommer Gérard, et bien pour Gégé, ces jeux là prennent trop de temps pour son modeste emploi du temps, et il préfère entrer dans une bonne histoire de 10 heures plutôt que de raser des villages à l’hélicoptère de combat pendant des dizaines d’heures. Quand à Raoul, lui il est plutôt client de ces jeux, car rien ne l’empêche de bourriner et d’aller sur jeuxvideos.com pour trouver comment ouvrir la porte qui refuse de céder à son bazooka (le code étant donné au dialogue précédent mais vu qu’il les passe bah ça coince forcément). Pour ma part je suis assez friand des jeux à monde ouverts, que ça soit les jeux vraiment travaillées comme Red Dead, Gta ou Skyrim que les Infamous et compagnie où il n’y a certes pas d’histoire et de personnages marquants, mais dans lesquels on prend un pied fou à faire des conneries sans intérêts ou à se prendre pour le Tout Puissant.

Et toi à quoi tu joues ?

Alors  plutôt couloirs ou mondes ouverts ? Pour ma part ce sont les deux. On peut débattre longtemps sur les forces et faiblesses des 2 camps mais la vérité c’est qu’à mon sens c’est bon de varier les plaisirs. Si j’apprécie de suivre une histoire passionnante mais dirigiste, j’apprécie aussi de pouvoir flinguer au lance roquette une vieille en bagnole qui n’avance pas et qui m’empêche de passer. Si j’aime prendre des scripts plein la tête en suivant le chemin qui m’est tout tracé, j’aime aussi m’émerveiller devant la plaine qui s’étend devant mes yeux. Si contempler une belle cinématique est toujours plaisant, triper sur les dialogues à choix multiples l’est également. Et c’est cette richesse qui fait qu’à mon sens le jeu vidéo est tellement plaisant  à jouer et que ce média est unique en son genre…

Publicités

Publié le 8 février 2012, dans Articles, et tagué , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :