[Article] Jeu Vidéo : petit média deviendra grand !

Il y a encore quelques années, le jeu vidéo était un marché de niche, il n’intéressait qu’une minorité et les autres n’y prêtaient pas attention, voyant en lui un média violent / immature réservé aux débiles, et j’exagère à peine. Aujourd’hui les choses ont un peu évolué, le jeu vidéo génère maintenant des millions et des millions de dollars chaque année, dépassant parfois le cinéma et la musique. Alors on du coup on s’y intéresse davantage, mais encore avec des idées reçues pas toujours justifiées. Tour d’horizon…

Le fameux : « C’était mieux avant »
Souvenez vous, il y a quelques années, à l’époque où le web commençait à démarrer, où les smartphones n’existaient pas (Le Nokia 3210 mec !) et où on ne twittait pas. Une époque où on recevait nos Joypad / Console + et autres magazines tous les mois, une époque où on aurait vendu notre mère pour une démo jouable d’un jeu attendu, une époque ou on était pas bombardé de trailers et donc pas spoilé, une époque aujourd’hui révolue. J’étais alors au collège – lycée, la salle d’informatique était le seul moyen de visiter les premiers sites de jeux encore bien maigres à l’époque. J’achetai quelques jeux par an et encore, je revendais des fois mes anciens jeux pour m’en payer des nouveaux. Il faut dire que le rythme de sortie était bien moins dense qu’aujourd’hui, on avait quoi, allez une dizaine de gros jeux par an, et encore je vois large. L’achat d’un jeu était d’ailleurs un rituel, j’allais au Player Game ou au Vidéo Game, boutiques tenues par des vrais passionnés, aux antipodes d’aujourd’hui où les Micromania et Game sont tenus par des vendeurs de gaufres, des gens qui n’y connaissent pas grand-chose, et qui cherche plus à vous entuber en vous refilant les invendus qu’à vraiment vous renseigner, sans parler des fois où on leur apprend des choses… Je me souviens de mon achat de Soul Reaver sur Playstation, je suis arrivé à l’ouverture du magasin et j’y suis resté bien 2 heures, discutant avec le vendeur et les autres geeks, et essayant aussi le jeu que le vendeur avait mis sur sa grosse cathodique du magasin. Une bien belle époque pleine de souvenirs. Une époque réservée à une niche de joueurs, et où le média n’était pas ou peu reconnu. Il faut dire que les millions de jeux vendus, comme l’est aujourd’hui World Of Warcraft ou Call Of Duty, n’était à l’époque que du rêve et de la pure fabulation. On était entre nous, dénigrés par les autres qui nous prenaient pour des débiles mais on s’en foutait, après tout c’est une passion comme les autres. A titre tout à fait personnel, je préfère jouer que m’abrutir devant les émissions de télé réalité, et ça, et bien c’est intemporel…

Coconfort évolue en Papillusion !
Et aujourd’hui qu’en est il ? Le web est une place centrale dans le jeu vidéo, et les smartphones 3G multitouch ont remplacés les Nokia 3210 bicolore, les scoops et autres leaks sont lâchés sur Twitter et Youtube. Les Gamekult, Gameblog et autres ont remplacés les Joypad et Console + qui sont en voie d’extinction, les démos sont données en priorité aux abonnés Gold et Psn + et un jour sans 50 images et 10 trailers est limite impossible, gâchant au passage ce plaisir de la découverte. Je travaille désormais, j’achète largement plus de 10 jeux par an sans revendre mes anciens et des gros jeux ils en sort une dizaine, par trimestre, et encore je vois petit. L’achat est devenue une simple formalité, on va sur Amazon et autres Zavvi, et c’est livré en quelques jours à la maison. Les Player Game et Vidéos Game ont fermé, laissant la place à 3-4 Micromania et Game, tenus par des incompétents. Je me souviens de mon achat de The Witcher 2 sur Pc, je suis allé sur Zavvi et j’ai passé commande en 2 minutes et j’ai été livré en 2 semaines. Je suis sarcastique, mais je le fais exprès. Et de toute façon, sommes nous vraiment à plaindre ? Comme dans tous les domaines, c’est lorsque que le grand public débarque qu’on commence a regretter l’ancienne époque, où on était entre passionnés. Prenez un forum par exemple, au début c’est cool on arrive, y’a 20 inscrits, tous le monde se connaît et à son rôle, tout le monde participe et échange, l’admin est en fait super cool et on se voit plusieurs fois par an avec toute la communauté. Puis le petit forum devient connu, une vague de nouveaux inscrits débarque et là tout change. Des modos sont nommés pour éviter le bordel, l’admin est submergé de mp et autres mails d’insultes de gens qui ne prennent pas la peine de lire la petite page de règles et la bonne ambiance laisse la place aux tensions. Le jeu vidéo n’y échappe pas. Les nouveaux joueurs sont arrivés, l’industrie a donc énormément grossie, et pas toujours en bien. Globalement, et on ne peut le nier, la qualité globale des jeux est chaque année en hausse, et le nombre de jeux qui sortent chaque année est juste hallucinant. La où le bât blesse toutefois, c’est que les gens viennent sur ce créneau non par passion, mais parce qu’il y a de l’argent à se faire, et à vrai dire, c’est tout à fait légitime. Les prises de risques, je veux dire par là des gens qui osent des choses plutôt que de nous servir les mêmes licences chaque année, sont une goute d’eau dans un océan de suites à répétition. Il y a aussi beaucoup de jeunes joueurs, qui ne demandent pas plus que leur jeu de foot et leur shooter annuel dans lequel ils sauvent la planète en tirant tout droit, sur tout ce qui bouge. Alors pourquoi les éditeurs prendraient ils des risques alors qu’ils vendent des millions de Fifa et de Call Of Duty. Mais heureusement dans le lot, il y a toujours des développeurs qui arrivent à faire de l’argent en créant des univers et des personnages passionnants, des gameplays profond et novateurs et qui font que aujourd’hui, le jeu vidéo est un média sans nul autre pareil où le joueur n’est pas seulement spectateur et où les créateurs peuvent vraiment se lâcher. De toute façon, il ne faut pas non plus cracher dans la soupe avec tous ces jeux qui, certes n’innovent pas ou peu, mais proposent tout de même un cahier des charges bien souvent dans le haut du panier, et nous font passer de super moments. Y’a encore des bouses, mais souvenez vous de l’ère Playstation 1 et 2, souvenez vous des 360, Paris Marseille Racing et autre De Sang Froid, donc finalement on est pas si mal loti. Internet quand à lui, à certes tué la presse spécialisée et nous inonde d’infos, mais pouvons nous seulement nous en passer ? Il n’y a qu’à voir lorsque j’ai eut une coupure d’internet d’une semaine l’année dernière, bah j’étais un peu comme un con sans mes infos. Le jeu vidéo et ce qui l’entoure a donc beaucoup changé, mais de mon humble avis, même si je regrette quelques trucs d’avant comme les magasins spécialisés, globalement je suis vraiment satisfait de cette évolution, même si y’a encore des trucs qui m’énervent, comme ce qui vient…

T’as le sourcil qui part en couille ? C’est la faute du jeu vidéo !
En parlant de Call Of Duty, il est fort à parier que sa sortie sera abordée sur TF1, chose qui n’existait pas il y a quelques années. Ce qui est bien avec le jeu vidéo, c’est qu’il a plusieurs utilités. Un étudiant débarque dans un collège et arrosent la foule avec des uzis, c’est de la faute du jeu vidéo, car on a retrouvé GTA 4 dans sa chambre. Des mecs font une course avec leur bagnoles tunées et provoquent un crash, c’est de la faute du jeu vidéo car ils jouaient à Burnout et Need For Speed. Et quoi de mieux pour illustrer ses propos que de citer des jeux supers connus comme GTA, Need For Speed ou Call Of Duty, que les parents ont acheté à leur gamins à Noël dernier. Lequel ? On s’en fout, ce qui compte c’est le nom. On est d’ailleurs bien contents de boucler la fin de notre journal télévisé d’une journée faible en actualité, par la sortie du nouveau Gta ou Call Of Duty, et là encore le nom on s’en fout, après tout ce n’est qu’un Meuporg ou un Morpeug de plus. On constate aussi que les émissions dédiées au jeu vidéo n’ont pas leur place sur les grandes chaînes, laissant l’exercice aux chaînes câblées. A côté de ça les émissions à la con genre Carré Vip, curieusement on en bouffe à la pelle. Mais le plus beau, c’est lorsqu’une personnalité politique s’en mêle. Je ne peux que citer Madame Nadine Morano, qui en plus vit pas très loin de chez moi. Cette brave mère de famille qui officie en tant que député de notre beau pays, a ainsi qualifié GTA IV de jeu « violent », « amoral » et « potentiellement addictif » pour ne citer que ça. En effet elle a, à de nombreuses reprises, donné son humble avis sur des jeux plus ou moins, voir carrément pas, en rapport avec l’actualité. S’il est vrai que ce jeu, GTA4, n’est pas à mettre en toutes les mains, et qu’au passage une norme de classification existe (la norme PEGI) comme pour la télévision, il est amusant de constater que lors d’une photo publiée dans Paris Match dans un sujet qui n’avait rien à voir, on voie celle qui défonçait et condamnait le jeu gratuitement quelques jours auparavant, y jouer avec ses enfants, dont sa fille de 13 ans. Le jeu vidéo est donc, encore aujourd’hui et en dépit de sa place dans l’industrie mondiale, souvent la cible d’incompréhensions et d’attaques pas toujours fondées, quand ce n’est carrément pas le bouc émissaire de l’actualité. C’est aussi navrant de voir les gens qui n’y connaissent rien en parler, jusqu’à se demander pourquoi ils le font, et ainsi se couvrir de ridicule, comme la fameuse histoire du Meuporg, et ce sur la grande chaîne nationale qui plus est. Que voulez vous, il fallait montrer l’exemple.

Mais qui est l’exemple ?
Pas la France, faut pas déconner. Même si on veut jouer au gros bonnet, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on a rien compris. L’industrie du jeu vidéo pèse aujourd’hui des millions de dollars, et nous au lieu d’aider, de garder nos jeunes talents et nos studios qui créés ces jeux qui rapportent, et bien on les laissent se barrer à l’étranger, et ça, c’est un peu notre marque de fabrique, puisqu’on officie dans d’autres domaines que le jeu vidéo. Le Canada lui, a créé des mesures fiscales pour aider les studios de développement, résultat, la majorité des gros jeux d’aujourd’hui sont développés las bas ou aux USA, et forcément, c’est là qu’il y a du boulot. On a certes quelques studios comme Quantic Dream et Ubisoft Montpellier, mais c’est pour le premier une boîte qui ne fait pas que du jeu vidéo et pour le deuxième une filiale, le gros du développement des jeux étant basé, comme par hasard, à Montréal. Cette fuite de nos ressources, est une fois de plus à incomber au syndrome des gens qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Un jeu vidéo a beau être en 2010 le média qui s’est vendu le plus en Angleterre avec le rouleau compresseur Call Of Duty Black Ops et ses quelques 3 266 298 ventes (!!!), devançant un certain film Avatar qui a attiré 3 001 769 visiteurs, il faut croire que ça n’intéresse pas notre gouvernement. Surtout qu’en plus de ça, le prix d’une place de ciné est de10€ et le prix d’un jeu 60€. Mais voilà, les mauvaises langues diront que c’est un exemple isolé, l’occasion pour moi de leur rappeler que dans cette étude, sur 40 médias répertoriés, il y a quand même 9 jeux, soit presque un quart. Mais ils devaient être en bas du classement se disent ils ! Et bien non, jugez plutôt : Call Of Duty premier, Fifa 11 troisième, Just Dance neuvième, Red Dead Redemption seizième, Wii Fit Plus vint et unième, Just Dance 2 vint deuxième, Assassin’s Creed Brotherhood vint quatrième, Wii Sports Resort vingt huitième et Halo Reach trente quatrième. De même, le jeu vidéo en France en 2010, c’est quand même un chiffre d’affaires de 4 milliard d’euros…

La barrière de la langue
Donc le jeu vidéo est en forte croissance et a le vent en poupe, c’est très bien, j’en suis le premier ravi. Mais il faut aussi souligner tout en tas de choses assez inadmissible pour un tel média, le plus gros soucis à mon sens étant les problèmes liés à la langue. De nous jours quand on achète un bluray, et bien on a le film bien sûr, sa version Dvd (ça j’avoue ne pas comprendre l’intérêt, mais là n’est pas le sujet), et généralement des bonus comme des making of et autres. Et surtout, on peut choisir de regarder son film en Russe sous titré en Polonais si ça nous chante. De plus en plus, un jeu vidéo facturé 60€ en moyenne, soit 3 fois le prix d’un bluray, ne contient souvent pas la version originale, ou si la Vo est présente, et bien les sous titres n’y sont pas. Il faut savoir que le geek, sur l’ensemble de la population, est souvent le plus réceptif à ce « détail », et ça, les éditeurs ne l’ont pas compris. Pour prendre un exemple récent, le grand Deus Ex Human Revolution, et bien la version française ne contient que la version française. Y’a pas mort d’hommes vous allez me dire. Mais pourquoi nous imposer la VF, quand celle-ci n’est pas bien synchronisée avec les dialogues, alors qu’il y a largement la place pour mettre les voix anglaises, et que les gens demandent la Vo sous titrée. Sur les blurays, y’a pas besoin de demander, c’est d’office dessus. Sur Pc, il faut bidouiller pour avoir la Vo sous titrée, car il y a la version française, la version anglaise sous titrée anglais, la version allemande sous titrée allemand ect. Les fichiers sont là, mais pour une raison qui me dépasse, on ne peut choisir des sous titres différents de la langue. Si bien que sur Pc, ce sont les fans qui bidouillent pour avoir ce qui devrait être présent de base. Sur console le problème est différent car y’a pas de solution. Sur certains jeux on peut mettre sa console en anglais pour avoir la Vo, mais là encore il faut se contenter de sous titres anglais. Super… L’autre gros soucis du média, bien que ça concerne que le Pc, ce sont ses satanés DRM, des protections censées empêcher le piratage. J’achète mes jeux sur Pc, et bien pour là encore prendre un exemple concret avec From Dust, je suis bien con. Pourquoi ? Et bien un mec qui pirate le jeu, et donc ne le paye pas, et bien il joue dans de meilleures conditions. Il n’a pas de démarrage super long car il faut passer par le portail Ubisoft, il n’a pas son jeu qui plante dès que la connexion internet est rompue (avec perte de la progression et pas de sauvegarde, sinon ça serait pas drôle), et il n’a pas de synchronisation avec les serveurs en fin de partie qui dure une plombe. Ces jeux, ils sont piratés des fois même avant la sortie officielle, et ils le seront toujours. Même si je n’encourage pas ces pratiques, il m’est arrivé de pirater un jeu alors que je l’avais acheté, parce que j’en avais raz le bol des protections qui me pourrissaient mes parties. Le consommateur paye donc son jeu, et en plus il se coltine des protections qui nuisent à l’expérience de jeu tout en n’endiguant pas le piratage. Certains éditeurs l’ont bien compris et ne mettent plus de DRM sur leurs jeux, comme The Witcher 2 sortit très récemment. Il faut savoir que ces protections sont très chères pour l’éditeur, et à en voir certains forums et sites qui proposent systématiquement ces jeux en téléchargement, démunis de leur protection, et bien ça n’a pas l’air d’être très efficace. Pour finir la dessus, il faut aussi souligner que ces DRM ne permettent dans certains cas que 3 ou 5 installations du jeu, avant de le rendre bonnement et simplement inutilisable. On paye donc son jeu et on en est même pas propriétaire. Le pirate lui, et bien il peut l’installer autant de fois qu’il le veut, et même le prêter à ses amis. Non vraiment, chapeau les mecs !

N’en déplaise à certains, le jeu vidéo est aujourd’hui un pilier de l’entertainment, au même titre que la télévision, la littérature, la musique et le cinéma. Même si beaucoup de choses ont changé et que finalement le média est plus reconnu qu’avant, le jeu vidéo est toujours la cible facile de certains médias et hommes politiques, qui n’ont pas encore réalisé à quel point il pourrait leur être profitable, s’ils daignaient y prêter un peu plus attention. Certains pays l’ont bien compris et en tirent aujourd’hui les bénéfices, pendant que d’autres préfèrent en faire leur bouc émissaire favori. Comme on dit, il faut de tout pour faire un monde…

Publicités

Publié le 28 septembre 2011, dans Articles, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. Excellent article vraiment, très intéressant et surtout très très vrai.

    J’aime beaucoup ce que tu dis par rapport au forum, v’est vrai et triste.

    Le JV c’était mieux avant? Je ne pense pas il y a désormais beaucoup de diversité et chacun y trouve son compte et ça c’est bien

  2. C’était mieux avant, moi je le crois sincèrement. Mais une fois encore, je suis un grand nostalgique et mon avis est très subjectif.
    Néanmoins, je demeure convaincu que l’ouverture du jeu vidéo au grand public a fait plus de mal que de bien…

  3. Mon cher Belzedar sans ouverture du jeu vidéo au grand public je crois que Catherine ne serait alors pas sortie des frontières nippone … Quelque part c’est grâce à cette « surconsommation » de titre que pas mal d’entre eux arrivent maintenant sur le sol européen alors qu’il y a des années on se serait contenté de baver devant des versions imports hors de prix.
    En ce qui concerne l’article, même si ça part un peu dans tout les sens j’avoue partager à peu près le même avis que Drizzt à quelques exceptions prés.
    En fait ce qui commence un peu à me gonfler, c’est de poser systématiquement le jeu vidéo en victime … « oui y’a un fait divers c’est la faute aux jeux vidéo, snif ouin bouh pourquoi c’est toujours le jeu vidéo qui prend, ouin ouin ouin je suis un gentil gamer moi… » l’éternelle complainte du mec qui assume pas que sa passion puisse être décrié.
    Pour ma part je trouve que plus les années passent et plus ce phénomène tant à se dissiper … les événements récent en Norvège le prouvent, d’abord désigné comme responsable, les jeux vidéo ont finalement été mis hors de cause par les journalistes eux même.
    Il faut aussi reconnaitre que parfois ce média que l’on aime tant peut être la source de tristes événements … ce jeune anglais mort d’une embolie pulmonaire après avoir passé plus de 12 heures à jouer ou encore ce jeune qui s’est jeté dans une rivière sans savoir nagr pour aller récupérer ses jeux xbox que des « amis » avaient jeté là … (putain mourir pour des jeux de la xboite à caca sérieux …) et je ne parle pas des amis que j’ai vu changé radicalement alors qu’ils s’adonnaient aux « meuporg ». Oui des fois le jeu vidéo entraine des comportements dangereux et il faut parfois savoir le reconnaitre. Je réagirais juste sur une dernière chose : prétendre que GTA 4 n’est pas « violent » et « amoral », je suis désolé mais c’est se foutre de la gueule du monde … GTA 4 n’est pas « violent » et « amoral » … quand on sait ce qu’il est possible de faire dedans … je crois que c’est l’hôpital qui se moque de la charité … à bon entendeur ^^

  4. Super article!!!,je me retrouve un peu dedans moi aussi.Squatter les magasins tout un samedi pour jouer a la Playstation ou autre console,ce qui me dérange aujourd’hui le nombre de jeu qui sort chaque année,il y aussi les trophées je pense être le seul a pas les aimés…

  5. Le jeu vidéo fait partie de ma vie depuis + de 25 ans, et je n’ai jamais réfléchi au fait de savoir si les « gens » aimaient ou pas.
    Quand j’entends les mots « niche » et « culte » et « hardcore » contre « casual », ça me fait bien rigoler.
    Tout ça c’est pour dire: » moi je suis mieux que les autres ».
    A cet égard, lire « La Distinction », du sociologue Pierre Bourdieu, ça clarifie pas mal les choses 🙂

  1. Pingback: [Previously On] Previously On E3 2012 : Les Conférences ! « Drizzt Elf Noir : Come Into My Web

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :